Parcours

Né à Marseille le 19 janvier 1956, Philippe Mazuel est initiateur et co-fondateur de PACE (prononcer « patché »), le PArti des Citoyens Européens, un des tout premiers partis politiques européens transnationaux.

1 – Origines familiales et formation 

Parents :
– Lucien Mazuel (Clermont-Ferrand, 1922 – Marseille, 2013), fils d’un serrurier et d’une aide-soignante, commence à travailler dès l’âge de 14 ans. Il s’engage pendant la guerre dans les Chantiers de Jeunesse, évite le STO (service du travail obligatoire) et s’installe ensuite comme transitaire à Marseille où il crée sa propre entreprise. Libre penseur, co-fondateur de plusieurs associations humanitaires, il a été maire-adjoint de Céreste (04280).
– Lilian Agnès Smee, fille d’un officier de la marine marchande britannique, née à Bombay et élevée en France. Elle rejoint la France libre en décembre 1942, à l’âge de 17 ans et sert à Carlton Gardens, siège londonien du Général De Gaulle. En 1947, elle s’installe à Marseille comme secrétaire sténo-dactylo bilingue, Elle est titulaire de la médaille commémorative des services volontaires dans la France Libre (n° 41629).

Formation :
Après sa scolarité à Marseille (école communale de Montolivet, lycée Thiers et lycée Lacordaire), Philippe Mazuel effectue sa terminale au lycée français de Londres où il passe en 1973 le baccalauréat B (économie). En septembre de la même année, il est reçu au concours de Sciences Po Paris et en sort diplômé de la section «Service public» en 1977. En 1978, il entre à l’École spéciale militaire de Saint-Cyr dont il sort sous-lieutenant en 1980 (promotion Général Rollet). Il passe ensuite une année à l’Ecole d’application de l’arme blindée, à Saumur.

Langues : allemand, anglais, espagnol, italien.

2 – Parcours professionnel

2.1 – Armée – Au terme de sa formation à Saint-Cyr et à Saumur, Philippe Mazuel commande un peloton blindé d’appelés à Berlin, au 11e Régiment de Chasseurs (1981-83), puis un peloton blindé professionnel à Rambouillet, au 501e Régiment de Chars de Combat (1983-84). Dans ce cadre, il participe, de janvier à avril 1984, à l’opération Diodon V au sein de la Force multinationale de sécurité de Beyrouth (FMSB). A son retour du Liban, il exerce les fonctions de lieutenant-en-premier puis de capitaine adjoint du 5e escadron du 501. Il quitte l’armée le 31 décembre 1985.

2.2 – Entreprise : chargé d’études à la Banque française du Commerce extérieur (BFCE), 1975-76 ; chef de zone export pour l’Europe et le Moyen-Orient dans l’industrie papetière (Arjomari-Prioux), dont missions en Iran et en Syrie, 1986-1988 ; co-fondateur et directeur des affaires européennes du cabinet de conseil Ethos Challenge, devenu Ethos Challenge Groupe Axcess en 2006 (aujourd’hui Axcess by Deloitte), de 2001 à 2010 ; dans ce cadre, Philippe Mazuel a effectué des missions de longue durée en Russie, Ukraine, Azerbaïdjan, Maroc, Algérie, Slovénie, Serbie et ancienne République yougoslave de Macédoine.

2.3 – Parlement – Chargé de mission pour les questions de défense et adjoint du conseiller diplomatique au cabinet du Président de l’Assemblée Nationale (Laurent Fabius), de 1988 à 1992.

2.4 – Administration publique nationale, européenne et internationale.

Au plan national : chef du bureau des méthodes modernes de gestion à la Direction Générale de l’Administration et de la Fonction Publique (DGAFP / Service du Premier ministre), 1992-97 ; adjoint du Préfet pour la justice et les affaires intérieures au Secrétariat Général du Comité Interministériel pour les questions de coopération économique européenne (SGCI, actuel SGAE), service du Premier ministre chargé de préparer les positions françaises de négociation à Bruxelles, 1997-98 ; directeur de la recherche de l’IGPDE (Institut de la gestion publique et du développement économique, opérateur de formation permanente du ministère de l’Economie et des Finances), de janvier 2011 à 2016.

Au plan européen : chargé de mission à la Direction générale Élargissement de la Commission européenne, à Bruxelles, pour suivre les progrès des pays candidats en matière de justice et affaires intérieures (police, justice, frontières, asile, immigration), 1998-2000 ; dans ce cadre, Philippe Mazuel a effectué plusieurs missions d’inspection des frontières (Bulgarie, Roumanie, Turquie).
Au plan international : détaché d’octobre à décembre 1999 auprès de la Mission intérimaire des Nations unies au Kosovo (MINUK), au lendemain de la guerre, pour jeter les bases d’une fonction publique kosovare.

3 – Expérience politique

En parallèle de ses activités professionnelles, Philippe Mazuel a été maire-adjoint d’Abbeville de 1989 à 1995. Depuis mai 2007, il dirige PACE, le PArti des Citoyens Européens.

3.1 – La dimension territoriale

Élu aux élections municipales de 1989 sur la liste Union de la gauche à Abbeville (25000 habitants), dirigée par Jacques Becq, il occupe pendant toute la durée du mandat, jusqu’en 1995, la fonction de maire-adjoint chargé de l’économie, de l’emploi et de la formation. Ses principales actions à ce titre sont : création d’un service économique municipal ; aménagement d’une friche en « Village d’entreprises » pour accueillir de jeunes entrepreneurs ; rachat de Gerfor, entreprise de décor sur verre, par Saint-Gobain Desjonquères qui y crée 200 emplois (SGD – Les Verreries de la Somme) ; achat par la municipalité d’une centaine d’hectares à l’intersection de l’A29 et de la future A16 afin de maîtriser l’avenir ; soutien à la création du festival de l’Oiseau en Baie de Somme ; création d’un forum des métiers industriels, en partenariat avec l’UIMM ; soutien à la construction d’une usine d’embouteillage de lait (aujourd’hui Lactinov).

En 1992, il est candidat PS aux élections cantonales dans le canton de Rue (80120), contre le conseiller général sortant RPR. Il réalise un score de 18,5%. En 1993, lors des élections législatives,  il est candidat suppléant du député sortant de la 4e circonscription de la Somme et maire d’Abbeville, Jacques Becq, battu par Joël Hart, RPR.

Après la défaite de l’équipe sortante lors des élections municipales de 1995, Philippe Mazuel décide de quitter la vie politique abbevilloise.

De l’automne 2000 à mars 2001, il est directeur de campagne bénévole du candidat de la gauche plurielle à la mairie de Marseille, René Olmeta.

3.2 – L’engagement européen`
Après avoir adhéré à l’âge de 16 ans au Mouvement fédéraliste européen (n° de carte : 1520), puis effectué un parcours professionnel fortement marqué par la dimension européenne, Philippe Mazuel décide, en 2006, de créer un parti politique européen transnational. C’est ainsi qu’est fondé à Bruxelles, le 9 mai 2007, le Parti des Citoyens Européens dont l’acronyme est PACE. Sur le plan juridique, PACE est une association internationale sans but lucratif (AISBL) de droit belge créée par arrêté royal du 19 septembre 2007.

PACE s’est donné pour mission de contribuer à la création d’un espace politique européen intégré grâce à la circulation des idées politiques, aujourd’hui prisonnières de cadres (les partis politiques) et de schémas intellectuels nationaux. PACE plaide pour la création, au sein de l’Union européenne, d’une « République européenne » rassemblant les pays qui ont envie d’avancer vers l’unité politique (fiscalité, énergie, migration, relations extérieures, lutte contre le terrorisme et défense, notamment).

PACE estime que le clivage droite-gauche est largement dépassé et artificiel. Il se positionne comme un parti “central”, pacifique, soucieux de soutenir toutes les formes de création et d’assurer l’accès de chacun à l’éducation et à la santé.

PACE est implanté à Berlin, Brighton, Bruxelles, Hénin-Beaumont, Lille et Paris. Il a en outre des correspondants en Bulgarie, Italie, Pays-Bas, Roumanie et Slovénie, notamment.

4 – Publications

– Co-directeur de « Génération Y et gestion publique : quels enjeux ? », 2012 (http://books.openedition.org/igpde/924)
– Co-directeur de « Économie sociale et solidaire, de nouveaux référentiels pour tempérer la crise », 2014 (http://books.openedition.org/igpde/3496)
– Coordonnateur de « Donne une voix à l’Europe » (http://fr.calameo.com/books/00338473355ee79d6d463) et sa version allemande, « Gib Europa eine Stimme » (http://fr.calameo.com/books/0033847330a6dfc37ae50), préfacé par Guy Verhofstadt, PACE 20 Editions, 2014
– Coordonnateur de « Give Europe a Voice, Give Europe a Vote », édition anglaise de « Donne une voix à l’Europe »,en cours d’édition sur http://www.scoop.co.nz/stories/WO1603/S00065/oped-why-does-the-european-union-disappoint-us.htm?PACE).

5 – Distinctions
– Croix de la Valeur militaire avec citation à l’ordre du 501e Régiment de Chars de Combat (Liban, 1984)
– Chevalier de la Légion d’honneur (janvier 2014)